calcul de parcours
calcul de parcours

Forum/réponse

"Forum Etat des pistes"

Retour vers le forum, cliquez ici !

Attention, évitez tout message diffamatoire et respectez les règles de bonne conduite sur Internet.
Ne confondez pas forum et petites annonces !

Si problème, cliquez sur (appel du modérateur).

 

 

Le sujet : " redevance "

 
Chaque année les responsables de l'Espace Nordique Jurassien et de Romandie Ski de Fond se rencontrent pour faire le bilan des accord de réciprocité et faire des accords pour l'hiver suivant. Voici les accords pour la saison 15-16 qui sont semblables aux années passées
Tout détenteur d’un forfait annuel national français (Nordic Pass Adulte) peut skier librement et gratuitement sur les pistes des centres nordiques adhérents à Romandie Ski de Fond.
Tout détenteur d’un forfait annuel Pass Saison Nordique Montagnes du Jura peut skier librement et gratuitement sur les pistes des cn adhérents à Romandie Ski de Fond.
Tout détenteur du forfait Nordic Pass Hebdo des sites du Massif du Jura français peut librement skier sur les pistes du Jura suisse.
Tout détenteur de la carte annuelle nationale suisse éditée par Romandie Ski de fond peut skier librement et gratuitement sur les pistes des trois départements français du Massif du Jura : Ain – Doubs & Jura.
Des accords locaux sont également signés, notamment entre le Doubs et rsf : Tout détenteur d'un forfait (journalier - hebdo - annuel de site) acheté dans un pays peut skier gratuitement dans le pays voisin à condition de passer la frontière à ski
Je reste bien entendu à dispo pour tous renseignements complémentaires
Michel Roulet
Resp. des relations franco-suisses à rsf

michel r le 09/12/15

 
Toute personne non détentrice d'un forfait peut skier où bon lui semble...

racclure le 05/02/16

 
Merci à toi Michel à toutes ces personnes qui se bougent pour nous permettre avec une redevance à moins de 100€ de skier partout sur le massif en Suisse et en France. Tous les ans il y a des idiots qui se croient intelligents car ils skient sans payer... et c'est les mêmes qui critiquent quant le damage laisse à désirer. Merci à tous les pisteurs, dameurs qui savant s'adapter aux conditions météo, modifient sans cesse leurs horaires de travail pour nous satisfaire. Et si on continuer à pratiquer le ski de fond dans de bonnes conditions l'achat d'une redevance est essentielle... Ca ne viendrait à l'idée de personne de skier une journée à Métabief en alpin ou d'aller au cinéma sans payer. Si vous aimez la neige et que vous ne voulez pas payer, mettez vous aux raquettes ou au backcountry... Bonne fin de saison à tous

anti racclure le 05/02/16

 
Skier sans payer ne requiert pas de s'estimer plus génial que la moyenne. Ce comportement critiquable et défendable n'interdit pas non plus de donner son avis (positif ou négatif) sur l'état des pistes, de surcroît pertinent.
La racclure ne va certainement pas au cinéma.

racclure fan le 06/02/16

 
je pense qu'il est très réducteur de limiter ce débat à une opposition entre une attitude qui serait "citoyenne " et l'autre un peu "voyou rebelle".
Quelques questions tournent en boucle dans ma tête:
Depuis l'apparition de la première redevance, l'augmentation du forfait est de 1000% (45 francs en 1985), qui peut me dire ce qui a bien pu justifier une telle hausse? Sûrement pas le nombre de km tracés ni le nombre de jours de traçage.
D'autre part, quelle est la participation réelle des forfaits aux frais de traçage, ne financent-ils plus la promotion du ski?
Quand on fait payer une prestation, elle doit être égale, est-ce possible pour le traçage de piste?
Pourquoi les pistes sont le plus souvent entretenues pendant les vacances scolaires?
Peut-on espérer une baisse du prix la saison prochaine, compte tenu du nombre de jours de traçage de cette année?
Des pistes ne sont plus tracées, alors qu'elles présentaient un grand intérêt sportif et touristique?
Qui prend les décisions, le citoyen de base a-t-il son mot à dire?

svan le 06/02/16

 
Il y a 30 ans les tarifs ont été décidés en dessous du coût réel de l'entretien des pistes, pourquoi ??? Peut-être pour ne pas choquer en passant du gratuit au payant, mais regardez un peu la fréquentation et la place que tient le ski de fond dans la société française d'aujourd'hui et vous comprendrez que c'est devenu un sport confidentiel et fortement concurrencé par le trail qui coûte bien moins cher et se pratique toute l'année (1376 participants au trail hivernal du sancy, inscription close en 2 jours) sans avoir besoin d'attendre la matière première. Pour 1 € ramassé en ski de fond il faut en investir 3 et c'est la moyenne nationale donc pour certains centre on est plutôt à un rapport de 1 pour 5 ou plus. Une petite dameuse neuve pour le fond coûte 130 000 € et coûte environ 100 € de l'heure quand elle tourne et ce au mieux 3 mois si c'est une bonne saison. D'ailleurs combien de sites de fond appartiennent-ils à des sociétés privées ? C'est avec l'argent public que ça tourne et il serait temps d'adapter l'outil à la demande comme dans tout secteur marchand, donc regarder sur chaque domaine nordique français le ratio kilomètres de pistes/fréquentation et donc le mettre en adéquation, sinon le jour où des parlementaires vont se pencher sur la question, les solutions proposées risquent d'être très douloureuses.
Dans un de leur rapport sur le ski de fond, Atout France disait qu'il ne pouvait plus être considérer comme un élément moteur du tourisme hivernal, mais juste une activité complémentaire.
Après, pour ceux qui veulent toujours plus de kilomètres de pistes tracées il faut qu'ils se rabattent sur la rando nordique mais qu'ils arrêtent de toujours exiger de la collectivité de payer pour leur loisir. Un cycliste ou un coureur à pied ne coûte rien.

constat du fond le 06/02/16

 
@"Constat de fond" : j'ai lu les rapports d'Atout France (notamment le dernier, sévère) et je partage vos préoccupations pour l'avenir de notre sport.
Par contre je n'ai jamais vu ces chiffres que vous donnez sur le ratio investissement local/revenu, "de l'ordre de 3 en moyenne nationale". Est-ce-que vous pouvez nous indiquer vos sources d'informations ? J'ai lu (dans le canard local...) qu'un euro de redevance ski générait 6 euros en activités connexes (restauration, hôtelerie, etc), dont bénéficient les communes. Merci ! -gd

gillou le 06/02/16

 
le sujet "redevance" est un "marronnier " sur ce forum... (un peu comme kuzmin, le tetras du jura, ....)
mon point de vue perso est que payer 100€/an pour avoir le plaisir (quelque soit le site , jura ou ailleurs ) d'avoir des pistes régulièrement damées et pratiquer son sport favori dans d'excellentes conditions c'est peanuts de chez peanuts vs ,au hasard , faire 3/4 sorties de ski alpin dans les alpes, se payer un iphone, acheter 2pots de cera, etc ....; donc cette année, malgré l'enneigement aléatoire zéro état d'ame pour payer mon forfait annuel ...

skidefondfan le 07/02/16

 
ca n'explique pas pourquoi en Norvège au Canada en Finlande notamment des centaines de km tracés et zéro redevance !
surement qu'on trouve l'argent ailleurs judicieusement...

oslofan le 07/02/16

 
Quand le judicieux se situe là où il faut aller le pognon exclusivement dans la poche de ceux qui n'ont rien demandé pour ça ...

judicieusement fan le 07/02/16

 
Merci à "constat de fond" pour son analyse pleine de pertinence. Est il encore judicieux de tracer des centaines de km de pistes sur notre beau massif vu la conjoncture dans les collectivités et ailleurs? Ne serait il pas plus pertinent de faire moins, mais de faire mieux vu les fréquentations qu'on constate sur le terrain? Les seules initiatives privées connues dans le nordique sont tombées à l'eau pour ces mêmes raisons : un commerçant ne pourra jamais vendre un produit 10 si son coût de production est de 15! Sauf si la collectivité allonge les 5 manquants, et même un peu plus pour qu'il gagne sa vie!
Le ski de fond est toujours géré par des collectivités qui maintiennent le prix de la redevance artificiellement bas pour conserver un maximum de pratiquants. L'argent manquant pour boucler les budgets est directement ponctionné sur les impôts levés auprès des administrés du territoire qui sont le seul autre moyen de financement... Est ce normal que la grand mère grabataire du patelin paient pour un service dont elle ne bénéficie pas? Certains invoqueront la notion de service public, et l'exemple des terrains de foot intégralement à la charge des collectivités. Vous observerez ces dernières années que ces infrastructures disparaissent souvent dans bien des villages au profit d'équipements mutualisés et centralisés qui offrent aux utilisateurs de bien meilleures conditions d'utilisation... Pourquoi ne pas faire de même dans le ski de fond : ne conserver que les sites les mieux exposés, et leur donner les moyens de proposer une qualité de travail optimale plutôt que de faire les chose à moitié partout pour faire plaisir aux administrés d'ici ou d'ailleurs.

cyprien le 07/02/16

 
Je l'ai lu dans un article très intéressant, sans misérabilisme ni parti pris, qui dressait seulement un constat du ski de fond. Constat qui pour ma part, ne m'a pas du tout étonné, il suffit d'être à l'écoute est attentif à son environnement social pour comprendre et arrêter de rêver.
C'est dans le Nordic mag 2016
N° 11, trouvé dans les alpes du sud et disponible sur internet à l'adresse ci-dessous. L'article s'intitule "comprendre l'économie du nordique" pages 14 à 19.Il est édité par www.nordicalpesdusud.com, avec en photo le jeune et talentuieux Richard Jouve pour son podium en coupe du monde. Vous verrez tout y est dit, l'article et fort bien étayé et documenté et pose réellement les problèmes auxquels notre sport se heurte et que plutôt que se cacher derrière le péage des autres activités nordiques telle la raquette pour tenter de compenser les pertes, il ferait peut-être mieux de poser concrètement les problèmes entre activité commerciale et activité de service public/social et lien entre les populations ...
très vaste débat mais qui mériterait d'être ouvert pour véritablement regarder l'avenir, ce que les assises du nordique de l'Ancef avaient essayé de faire.
http://www.nordicalpesdusud.com/actualites/2015/11/17/nordic-mag-2016-sorti
Bonne lecture

constat du fond le 07/02/16

 
A constat du fond : j'ai pris le temps de lire l'article que vous mentionnez dans le Nordic Mag des Alpes du Sud. Nous pourrions faire exactement les mêmes constats sur le Massif du Jura (en ajustant les chiffres évidement). Ajoutez y l'aléa climatique qui se fait de plus en plus présent, et la baisse des dotations de l'Etat aux epci, et vous comprendrai bien qu'il y a là un cocktail qui rend inéluctable la mutation du ski de fond tel qu'on le connait... A moins qu'on ai envie d'aller taper un bon coup dans le mur!

cyprien le 07/02/16

 
Désolé pour les fautes, je ne me suis pas relu...

cyprien le 07/02/16

 
@Constat du fond (et Cyprien) : merci pour l'article, très synthétique.
Toutefois, je reste sur ma faim : si 80% des sites ont un budget déficitaire, quel est le budget pour les collectivités ? Elles compensent bien sûr ces déficits, mais ont des recettes indirectes ("facteurs 4 et 0.8" selon l'origine du pratiquant). Si on considère le modèle économique marchand, i.e. avec un budget excédentaire, il faut réaliser ce budget au niveau des collectivités (et je ne trouve pas cette information).
Dans les Alpes du Sud existent quand même des sites très touristiques (Ceillac, Bayard, Puy, etc), avec des pratiquants "à facteur 4". Idem ailleurs : T. Gamot (Autrans) m'assurait que sa commune se retrouvait dans les investissements (lourds), mais je serais curieux de savoir si le calcul budgétaire existe réellement.
Cordialement, gd

gillou le 08/02/16

 
ah ben voilà
Jusqu'à maintenant on était encore des citoyens, des locaux maintenant, des facteurs 4. Aucune réponse à mes questions pour l'instant mais ça ne m'étonne guère!

svan le 09/02/16

 
Aussi tu poses de ces questions,tu n'espères pas que les gestionnaires te répondent ,d'ailleurs lisent-ils ce forum??? Le constat est là ,notre activité va disparaitre , les pratiquants comme nous, carte annuelle, 30 à 40 sorties par saison ne les intéressent pas .ils préfèrent les familles du dimanche,(carte journalière,location du matériel, consommations diverses )
Deux solutions,ils triplent la redevance, ferment certains sites, seul quelques fadas ayants les moyens iront,ou c'est gratuit et là nous reverrons les pistes noir de monde, ça avait commencé comme ça dans les années 70.

massif central le 09/02/16

 
@modérateur du site
Ou est passé mon droit de réponse à Svan et Massif central émis en début d'après midi???
Eux seuls ont ils le droit de critiquer nos sites et pas moyen pour nous gestionnaire d'apporter quelques explications que je juge indispensable afin de rétablir certaines vérités ?
Les infos sur le site du glacier et plus généralement Morbier-Les Marais quotidiennes risque de devenir mensuelles à se comporter ainsi........

eric prost le 09/02/16

 
@eric prost : je n'ai pas l'impression que le forum soit modéré, vous avez dû faire une fausse manip' ou trop écrire (le code de sécurité devient obsolète). Calmez-vous et expliquez-vous.
Merci d'éclairer nos lanternes ! -gd

gillou le 09/02/16

 
@eric prost.
Bonjour,je ne critique pas les sites ,je leurs demande de communiquer.
Il ne faut pas faire l'autruche, il y a des problèmes autant les mettre
sur la table. Depuis 35 ans de pratique j'ai vu l'évolution, à vrais dire ça n'a pas évoluée!
Eric on attends ta réponse.
cordialement.

massif central le 10/02/16

 
Je ne vais pas apporter d'éclaircissements par rapport aux derniers posts, mais.
Par rapport à la question /suggestion "il faudrait peut-être réduire les kil de damage" etc.
Vu la fréquentation, c'est une évidence, mais il faudrait déjà que nous aussi skieurs nous acceptions d'avoir un peu moins de choix tout au long de la saison. (Vu les "agressions" que nous subissons régulièrement pour un damage moyen, ou pas sur une boucle sur 1 seule journée..), j'ai pas l'impression que la majorité des fondeurs soient réceptifs à une réduction...
Tjs sur le m^me aspect. C'est assez facile de parler de réduction de km. notre massif (le Jura) est reconnu et renommé pour son attractivité et les liaisons entre l'ensemble des secteurs. C'est super compliqué pour la plupart des gestionnaires de "couper" une piste, au risque de provoquer une rupture dans les liaisons....
Par rapport à la Norvège ou autres pays "réellement" nordiques. Il est impossible de comparer la Norvège et la France car le ski est chez eux une Culture chose qui n'est absolument pas le cas en France. Donc problématique différente...

alain c le 10/02/16

 
à méditer ....
Il y a pire en terme d'utilisation des deniers publics, cout de la redevance, pertinence des investissements, voire "tunnel de neige pour entrainement" ...
http://www.lepoint.fr/economie/cour-des-comptes-skier-en-lorraine-une-idee-ruineuse-10-02-2016-2016711_28.php#xtmc=ski-lorraine&xtnp=1&xtcr=1

lepoint le 10/02/16

 
Je ne connais le coût du dommage mais je pense que si on prend comme seul objectif de faire des economies la vie ne vaut plus la peine d être vécue personnellement je trouve que la redevance ne coûte pas cher et je suis content de trouver des domaines interconnectés

amateur le 10/02/16

 
on réduit les sites... donc faut se déplacer plus loin (sauf pour ceux à coté des sites conservés), donc plus de transports, plus de frais... payer plus pour moins de km alors !!! :-)

koyote le 10/02/16