calcul de parcours
calcul de parcours

Forum/réponse

"Forum Etat des pistes"

Retour vers le forum, cliquez ici !

Attention, évitez tout message diffamatoire et respectez les règles de bonne conduite sur Internet.
Ne confondez pas forum et petites annonces !

Si problème, cliquez sur (appel du modérateur).

 

 

Le sujet : " controles qu'en pensez vous "

 
Le site des Glières est très bien entretenu et le travail de damage très pro - félicitations. C'était même spectaculaire en début de saison. Cependant, sur un autre plan il y a quelques années j'avais essuyé de grosses remontrances de la part d'un contrôleur parce que je m'étais engagé sur les pistes vers 8h alors qu'elles n'ouvrent que vers 8h30 (ou 9h?) au motif que c'était dangereux de skier lorsque le damage s'effectuait. Je précise qu'on était en décembre par des températures de l'ordre de -10° et une neige poudreuse; donc pas de dégâts aux pistes. Ces années passées il m'est arrivé de me faire contrôler à 3 voire 4 reprises dans la même séance. Le week-end dernier, arrivé près du parking (chez Gautard) après une séance de classique je quitte la piste à la vue du contrôleur qui se trouvait bien à 200m de moi. Mon intention était de changer de matériel et poursuivre en skate. Le contrôleur pensant que mon intention était de resquiller est venu à ma rencontre sur le parking, m'a demandé si j'avais un forfait. J'ai répondu oui. Il m'a demandé de le voir et je le lui présente.Je me permets alors une petite remarque en disant que les contrôleurs des Glières sont très assidus à poursuivre les fraudeurs(à noter que j'ai aussi rencontré de forts sympathiques contrôleurs). Mon contrôleur me rétorque que les gens sont bien contents d'être contrôlés et qu'ailleurs ils le sont moins et d'ailleurs ils s'en plaignent par ailleurs...en ajoutant que ma réaction était bien celle d'un genevois...(ce dont il a déduit de ma plaque de voiture). Je rétorque que pour ces raisons d'accueil je préfère acheter mon forfait dans le Jura. Il me dit que je peux bien aller skier ailleurs... je lui dis que je ne m'en prive pas et qu'il serait plus intelligent de porter l'accent sur le contrôle des piétons qui empruntent les pistes (ce que je n'aurais peut-être pas du car je n'ai pas constaté de réel problème aux Glières à ce sujet). En résumé, rien de grave, je conviens que ce monsieur fait un travail ingrat, mais ne devrait-on pas inculquer un peu le sens du service plutôt que celui du contrôle ? Si par hasard un responsable du site me lit je trouve que le charme du ski sur ce site s'en trouverait encore accru

classic le 01/03/16

 
Ce n'est sur ce site qu'on trouve des miradors ?
En fait, cela fait fort longtemps que je n'y ai pas posé les skis mais je me souviens d'un contrôleur qui vendait les forfaits au départ des pistes et après la paix.
Je n'ai toujours pas compris ce qu'on risque si on ne possède pas de forfait en cas de contrôle (je précise que je prends le mien à la saison mais je ne l'ai pas toujours sur moi).

louis le 01/03/16

 
Effectivement j'y ai aperçu un Mirador, mais je ne crois pas qu'il est voué au contrôle des skieurs.
Je me pose la même question et je pense que si je n'avais pas eu mon forfait le contrôleur n'aurait rien pu faire sur le parking après ma séance de ski....Il aurait probablement pu m'empêcher de repartir sur les pistes.

classic le 01/03/16

 
Un mirador aux glières ?
Je n'ai jamais vu cela !

manuel le 01/03/16

 
Non pas de mirador au Glières.
Par contre les piétons représente un réel problème notamment les soirs de pleine lune. Samedi soir dernier les pistes ont été apparemment ravagées et les pistes ont été damées le matin.

beni le 01/03/16

 
Le contrôleur des Glières a du fréquenter la même école que ceux des Fourgs...
Je suis allée skier une fois aux Fourgs l'année dernière et j'ai vu plus de contrôleurs, de randonneurs et de luges sur les pistes que de skieurs. Il est vrai qu'il ne faisait pas trop beau. C'est fort dommage, ce site a pourtant tout pour bien faire : un village charmant, des km et des km de pistes, des paysages merveilleux, sans oublier des contrôleurs qui contrôlent...les skieurs parce que les piétons avec les luges, ils ne les voient pas...
Pour ne pas rester sur une mauvaise impression j'y suis retournée il y a quelques semaines. Même chose: quasi personne sur les pistes. J'ai croisé 4 personnes qui cherchaient à rejoindre la gtj. Manque de chance pour eux, la contrôleuse ne savait pas de quoi il s'agissait... C'est normal qu'il y ait des contrôles mais comme dit le proverbe, trop de contrôle tue le contrôle.
A Chapelle, Pré Poncet, Les Rousses, Saint Laurent, Morbier, Prénovel, La Vattay, il y a bien moins de contrôle et je n'ai pas l'impression qu'il y ait plus "d'intrus" sur les pistes.
Cherchez donc l'erreur...

didinette le 02/03/16

 
Les Glieres c'est vraiment top . Ils font le max . Les we ensoleillés. il y a quelques jeunes controleurs sérieux et énormément de monde . Si on portait le pass sur un porte pass au niveau du mollet comme en Suisse allemande , il serait tres visible et pas besoin de s'arreter.

alin le 03/03/16

 
Le porte pass au mollet, il faut des contrôleurs avec une vue d'épervier! S'ils veulent contrôler sérieusement, c'est à dire comparer la photo avec la tête du skieur, il faut se mettre à 4 pattes. On a skier un Weekend sur la haute vallée du Rhône avec un pass France à la cheville! Les points de contrôle sont nombreux et à chaque passage un vague regard et on passe! Pour la moralité, le prix de l'hébergement à financer nos quelques heures de ski sur un domaine partiellement ouvert et très peu enneigé.(idée vaguement murmurer par le propriétaire)

bandit le 03/03/16

 
tu n'as pas ton forfait que veut tu qu'il t'arrive a part une réflexion
il est vrai que lorsque je déploie mes 195cm ...
jamais je ne prendrais un forfait
et je fais du ski plaisir

jean pierre le 03/03/16

 
La vente et le contrôle des tickets à un prix. Dimanche 21 février sur une zone du massif central, 7 km médiocrement tracées, soit une heure avec une pb 100 donc 10 litres de carburant,et trois contrôles, limite agressifs, en deux km avec certainement 8 h de présence soit 24 h de masse salariale, une moto neige pour patrouiller, et une cabane chauffée électrique. Cherché l'erreur! A l’extrême dans le Jura Suisse, des machines performantes, des pistes parfaitement tracées, une personne avec une pelle pour remettre de la neige sur les zones délicates, qui bavarde sympathiquement avec vous sans vous demander votre carte, et en une semaine, aucun contrôle même au départ des pistes! En novembre, vous achetez votre carte comme chaque année, vous choisissez qu'elle zone? Et je ne parle pas de la prison des Saisies! Clôture et carte magnétique pour tourner autour de quelques sapins! Je suis client et je prend ma carte sur des zones "libres", où l'on fait confiance aux skieurs et où notre argent va en grande partie sur les pistes (entretient estivale et damage) Faites comme moi, c'est le seul moyen de pression pour obtenir ce que l'on souhaite.

grand voyageur le 03/03/16

 
A jean pierre
j espère que tu ne prends pas les pistes damées par respect pour ceux qui achètent leur forfait .
C'est bien l"esprit français je ne paye pas mais je profite quand même

pascal le 03/03/16

 
Merci grand voyageur de soulever ce point… Payer un forfait pour financer une partie de l'entretien des pistes, ou alors payer un forfait pour financer le contrôle desdits forfaits ? Telle est la question.

théo le 03/03/16

 
je cite: "A l’extrême dans le Jura Suisse, des machines performantes, des pistes parfaitement tracées, une personne avec une pelle pour remettre de la neige sur les zones délicates, qui bavarde sympathiquement avec vous sans vous demander votre carte, et en une semaine, aucun contrôle même au départ des pistes! En novembre, vous achetez votre carte comme chaque année, vous choisissez qu'elle zone?"
Je skie autant dans le Jura français que suisse (et j'habite en Suisse, pas qu'on me dise que je suis chauvin) et bien les pistes sont bien mieux tracées côté français que suisse.
Et le contrôle, c'est une fois au début et puis c'est tout, pas de quoi en faire un drame.

francis le 03/03/16

 
même sujet qu'un récent post relatif à celui qui avait "volé" une bonne place sur la ligne de départ de l'envolée nordique" : la fraude (ou la tentative de ...) est une spécificité (maladie ? ) française qui sévit partout (et touche même les populations moins à risque comme les fondeurs ....) : Suisse, Japon ... dans ces pays ça ne viendrait même pas à l'esprit de frauder, donc pas besoin de controler ...; en France il faut ajouter à la fois le manque à gagner des fraudeurs ( ratp -sncf= forfaits ski ) et le salaire des controleurs ... ;après on a le droit (c'est mon cas) de se dire que même si c'est tentant (et facile ) de ne pas payer , sur du long terme on est perdant et il ne faut pas s'étonner si les pistes ne sont pas damées régulièrement, si les km tracées se restreignent etc .... si one paye pas son forfait (indépendamment du fait que sur 100€ versés, on ne sait pas combien revient vraiment à l'entretien des pistes, mais perso, je paye et considère que c'est un investissement pour mon plaisir futur ...)

frenchtouch le 03/03/16

 
Le forfait au mollet me parait efficace et visible et reconnaissable . Les Suisses ont un porte forfait assez haut 10cm et on voit tres bien la carte des pistes jaune annuelle .
Apres si on veut faire un controle de pres , il faut se baisser . A l'opposé , pour faire face au mauvais payeurs , on peut faire comme aux Confins (la clusaz) : ca devient dysneyland avec un telepayage electronique , une caisse , un controleur , et des filets sur 400m pour empecher l'acces ...sympa

alin le 03/03/16

 
Je soutiens l'entretien des pistes de ski de fond, puisque je les utilise beaucoup, malgré parfois des boulevards un peu larges à mon gout, préférant les petites pistes au gout d'aventure. J'achète donc mon pass nordic France, en plus, trop bien me dis-je, c'est plus pratique les jours de ski.
1) j'arrive à La féclaz… je fais la queue pour qu'ils me délivrent leur forfait propre à leur site. Ah bah oui, je n'étais encore pas venu, surprise, une jolie barrière en métal avec des tourniquets et puces magnétiques à l'entrée du site. je m'apercevrai après coup que, en plus des dizaines de milliers d'euros de cout de l'infrastructure, il y a toujours autant de contrôleurs. Bienvenue dans le monde du ski de fond industriel, moi qui voyait ce sport comme un moyen de promenade !
2) Peut-etre que je me trompe (si certains ont plus d'infos ?) mais j'ai entendu dire que le pass national n'était pas valable sur le site des Saisies. Formidable.
3) j'ai cherché, en vain, des informations concernant la question : que devient l'argent lorsque nous achetons notre forfait national à 150euros ? Est-il redistribué aux sites qui entretiennent les pistes ? S'envole-t-il dans des sphères supérieurs ?

alex le 03/03/16

 
(suite)
4) Ce que je constate, (svp ne me sortez pas l'argument que si les fraudeurs payaient cela changerait quelque chose, ne soyons pas dupes) c'est que, dans le massif jurassien en tous cas, les belles petites pistes et/ou beaux petits sites semblent de plus en plus enclins à disparaitre (la dernière en date sur le secteur des hautes combes).
Personnellement, je prends la décision d'arrêter de financer un mode de fonctionnement qui pousse la pratique du ski de fond vers un mode industriel. C'est moche, ça pollue, ça coute cher, et on tourne en rond sur des pistes de 20km.
Arrêtons de râler quand la piste n'est pas hyper bien damé, arrêtons de vouloir des pistes toujours plus larges, toujours plus lisses. Arretons de croire que, parce qu'on a déboursé 150euros en début d'hiver tout nous est du.
En contrepartie, pourquoi ne pas imaginer une urne au départ des pistes sur le principe de donations au site en question ? (pour une pratique plus égalitaire, chacun étant libre de l'aide apportée en fonction de son revenu)

alex le 03/03/16

 
Aux Saisies la carte nationale est valable . Par contre le systeme electronique n'est pas adapté à cette carte . Nota : une dameuse coute 100.000€ à 300.000€ .
Il y a des couts . L'electronique permet d'evaluer et de partager la repartition des recettes entre les sites . On peut le faire au pif et ca s'est toujours fait et ca marche .
Si les stations se replient sur elles meme , il te faudra un forfait par station comme pour le ski de piste et les petites stations couleront à moins que la mairie achete la dameuse ...

alin le 03/03/16

 
+1
ne pas s'emmerder avec ce forfait quand je pense qu'à Holmenkollen notamment, des centaines de km de pistes, des milliers de skieurs et pas de contrôle ni de mendiants inopportuns..la solution est ailleurs !!!mais on a toujours rien compris la faute aux technocrates invétérés !!!
tu n'as pas ton forfait que veut tu qu'il t'arrive a part une réflexion
il est vrai que lorsque je déploie mes 195cm ...
jamais je ne prendrais un forfait
et je fais du ski plaisir

gueux le 03/03/16

 
En lisant tout cela je suis content de ne plus faire de ski de fond sur piste mais de la randonnée nordique.
Mais il est vrai que si l'on veut skier sur piste il est normal de payer un forfait.
Seulement les sites de plus en plus, pour tenter de récupérer les pertes du fond, se sont mis à faire payer les raquettes.
Pourquoi pas ... Bien que certains raquettistes dont je fais parfois parti demandent juste de démarrer d'un point précis et sont assimilés comme les autres à vouloir du circuit damé/payant/balisé, c'est un peu du racket.
Seulement les mêmes sites se permettent de prendre tous les chemins existants à un départ de col (pistes ski damées et raquettes) alors que la loi montagne revu en 2006 pour justement leur donner le droit de faire payer toutes les pratiques dites nordiques est claire : accès libre et gratuit au milieu naturel non aménagé même s'il empruntent en partie un circuit payant.
Article L2333-81 du Code Général des Collectivités Territoriales
Modifié par Loi 2006-437 2006-04-14 art. 33 ii, iv jorf 15 avril 2006 - Code du Tourisme
Voici le lien :
http://doc.sportsdenature.gouv.fr/doc_num.php?explnum_id=443
Donc les gestionnaires de sites nordiques feraient bien quand même là où ils ont tout muselé, de se conformer à la loi de libre accès aux espaces naturels, inscrites par ailleurs, dans la Constitution.

auvergnat le 04/03/16

 
@gueux
Malgré ton imposante taille,je me permets:
Que propose tu à ton affirmation:
"la solution est ailleurs"?
En tant que bénévole de l'association qui gère les pistes de Morbier, je suis à l'écoute de toute proposition crédible pouvant se substituer aux badges qui nous permettent en partie de proposer les conditions de ski que vous connaissez sur nos pistes et sur celles des autres sites d'ailleurs.

eric p le 04/03/16

 
Pour rebondir sur ce que précise Auvergnat : Je suis tout à fait d'accord que c'est du racket comme tu le dis, pour toutes les personnes comme toi qui veulent simplement garer leur voiture et partir se balader. Sous quel prétexte une quelconque entité (publique et/ou privée) a le droit de s'approprier des territoires et de priver les promeneurs de les utiliser gratuitement?
D'ailleurs tu as l'air d'être mieux informé que moi juridiquement. En poussant le bouchon un peu plus loin (si quelqu'un a la réponse ??) : Est-il juridiquement valable pour une société et/ou collectivité territoriale d'obliger une personne à prendre une redevance pour l'utilisation d'un territoire, ce territoire n'appartenant pas dans la totalité à cette société ?
biensur, des frais sont engagés par la société (damage et entretien des pistes, salle hors sac…) et je précise que je suis pour que les utilisateurs dont je fais parti participent au coût de ces frais engagés, au même titre qu'il me semble normal que les finances publiques participent elles aussi à l'entretien de ces pistes, étant donné toutes les retombées économique de l'attrait de ces pistes.

alex le 04/03/16

 
C'est un des buts de la loi montagne de 1985 qui a encadré le fait de prélever une redevance sur le ski nordique, donc c'est juridiquement et heureusement valable après accord avec les mairies et les propriétaires sous la forme de conventions. En 2006 elle a été étendue aux domaines aménagés pour les autres activités "nordiques": raquettes, chien de traîneaux.
Mais les domaines doivent laisser l'accès libre et gratuit comme stipulé plus haut et c'est là où ça peut coincer et ça coince d'ailleurs pour ceux qui interprète la loi pour tenter de gonfler un peu la maigre cagnotte du nordique.
D'ailleurs svp, messieurs les "contrôleurs", quand vous voyez quelqu'un avec des skis de 170 cm et de 100 mm aux spatules sur la piste (pas dans les rails ça passe pas) c'est qu'il n'a pas pu faire autrement pour éviter un bois trop épais, des barbelés trop haut, un ruisseau, des rochers, mais croyez-moi c'est aussi chiant ce type de matériel sur piste que des skis de 180 cm et 42 mm de large, dans 20 cm de poudre. Donc réfléchir avant de sanctionner. Merci pour les randonneurs nordique.
Soit dit en passant pour revenir au sujet, la redevance au départ a été mis à un prix beaucoup trop bas, hors des réalités des coûts et maintenant ... A la journée le prix est parfois cher (j'ai payé 14 €, seule fois où j'ai skié sur piste, à Serre Chevalier et des boulevards à 12 m de large avec une malheureuse trace à droite et à gauche, donc moi qui était en classique, je n'y remettrai plus les pieds, je retourne à ma rando) mais à la saison c'est dérisoire, surtout pour des skieurs essentiellement de proximité qui skie (si la saison bien sûr est bonne) 3 mois pour un tarif à la séance bien inférieur à une entrée de cinéma ou de piscine.
Et puis il faudrait être pragmatique, si le système de répartition de la redevance est très "social", est apparu au début comme une belle idée (un peu comme les idéologies politique du partage des richesses) il n'est plus je crois adapté aux réalités économiques d'aujourd'hui : comment peut-on vouloir comparer des sites comme la Féclaz ou les Saisies avec des petits sites qui voit même une grosse saison, moins de 10 000 journées ski ? C'est comme demandé à Val Thorens de faire jouer la réciprocité avec la petite station planté à 1000 m d'altitude en plein massif Central et qui possède 3 téléskis (la petite station pas ouverte ou presque de l'hiver et ses clients qui vont à Val Tho gratos) ... Ca me semble irréaliste, sorti d'un monde de bisounours, mais c'est un avis qui n'engage que moi bien sûr, une constatation.
Une carte qui couvre un massif dans un périmètre donné (pas tout le Jura par exemple ou tout le massif Central) et sinon on paye quand on va ailleurs. Je fais de l'alpin et c'est ce que je fais sans que ça me pose de problème particulier.
D'ailleurs comme le stipule Alex, il est obligé à la Féclaz de faire quand même la queue pour échanger son forfait saison France contre le leur.
Donc je pense que le mode de financement du ski nordique est à revoir.
Pour poursuivre le débat, je ne pense pas que c'est en tapant sur des élus qui, j'ose l'espérer, font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont, ajouté aux contraintes de plus en plus sévères, que ça fera avancer les choses.
Ce n'est pas faire preuve de pessimisme mais juste essayer d'être pragmatique et réaliste si on veut que le ski nordique hors bien sûr des problèmes météo, existe encore sur piste.

auvergnat le 04/03/16

 
controles electroniques parfaits , tracages parfaits , beaucoup de personnel qualifié , partage des revenus , badge unique à deduction km parcouru etc ... On va vers quelque chose de plus en plus compliqué , agreable à utiliser ,et cher Le probleme , c'est qu'on arrive presqu'au meme resultat avec une vieille dameuse entretenue par le gars employé du village , une cabane salle hors sac ...

alin le 05/03/16

 
+1 Alin
arrêtons d'investir dans des machines dernier cris qui sortent une fois pas mois, de construire des garages pour ces machines, de payer du personnels pour rien des contrôleurs, des secouristes qui passent leur temps à planter des panneaux et à boire des cafés...il y avait plus de skieurs de fond, plus de km tracé il y a 20 ans et on se passait de tout ça... sans compter les salles hors sac les bâtiments gardiennés laids et couteux qu'on utilisent deux mois dans l'année... que d'ambitions réduites à néant une fois qu'on prend conscience que les hivers "normaux" disparaissent...juste l'envie de peter toujours plus haut et de vouloir attirer le chaland... pas de bol les clients désertent et la neige aussi ou inversement... n'oublions pas de faire passer à la caisse les hoteliers, restaurateurs, loueurs, gestionnaire de site tous ceux qui profitent du ski et qui thésaurisent...

geux le 05/03/16